La Taverne FME

Coin détente. Après une journée mouvementée, un petit coup, ça se refuse pas !
ozo

Re: La Taverne FME

Messagepar ozo » 02 avr. 2014, 12:05

Je ne regarde même plus la politique, je ne les écoute même plus.
C'est toujours la même chanson.

Et puis, c'est pas les hommes ou les beaux discours qui comptent, c'est les actes et ça hélas, on les attends toujours.

NakS
V.I.P.

V.I.P.
Avatar du membre

Messages : 3196
Enregistré le : 13 oct. 2010, 18:58

Re: La Taverne FME

Messagepar NakS » 02 avr. 2014, 12:07

Il y a pas mal de typo, j'ai écris ça un peu à la va-vite :D

Chiffres

Quelques données essentielle du budget depuis l'Insee : http://www.insee.fr/fr/themes/info-rapide.asp?id=37

Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image
Image


En termes de chiffres en M€, ça donne (dans les tableaux en dessous pour plus de détails) en 2013 + loi de finances 2013

PIB France : 511,8 + 515,5 + 515,4 + 518,4 = 2061,1M€
Dette publique : 1 925,3 M€ (93,5%)
Déficit public : -87,6M€ (-4,3%)
Recettes publiques : 1087,9M€ (52,8% du PIB)
Dépenses publiques : 1176,1M€ (57,8% du PIB)
Intérêts de la dette : 51M€
Cotisations sociales : 356,8 + 62,5 = 421M€
Prestations sociales : 541,9M€
Impôts sur le revenu net : 71,9M€
Impôts sur les sociétés : 53,5M€
TICPE : 13,7M€
TVA : 141,2M€


Quelques commentaires

1. Le déficit des prestations sociales (121M€) est juste couvert par l'impôt sur le revenu et l'impôt sur les sociétés (125,4M€).
2. Le déficit des prestations sociales (121M€) + le déficit budgétaire (87,6M€) + les intérêts de la dette (51M€) = 259,6M€ sont tout juste couvert par la TVA, l'IR et l'IS (266,6M€).
3. Entre 1960 et 2011 (dernières données que j'ai pu trouver en graphique), on voit que l'investissement se réduit (de 9 à 6% en % de la dépenses publiques), que les dépenses de fonctionnement se réduisent de 41 à 43% tandis que les prestations sociales explosent de 32 à 46%.
4. La ventilation de la dépense publique par fonction en 2011 montre la majorité quasi absolue des prestations sociales. En effet, les 42,3% correspondent environ à la somme de l'enseignement (10,8%) + la santé (14%) + administration générale (11,5%) + la défense (3,2%) + ordre et sécurité publiques (police, justice, etc...à 3,1%).
5. Contrairement aux idées reçues, les marchés financiers (sous l'impulsion de la BCE) nous sont très favorables vu le taux actuel apparent de la dette à environ 3%, la charge en 2013 à même diminué de 5M€ par rapport à 2012. Je vous laisse imaginer le jour où les taux vont remonter un tout petit peu étant donné le volume de dettes à "rouler" sur les années suivantes et qui ne va pas en réduisant, le montant des charges d'intérêts
--

Je pense que les graphiques et les points de 1 à 5 sont assez clairs pour en tirer des conclusions. Les impôts "phares" que sont l'IR, l'IS et la TVA suffisent à peine à couvrir les intérêts de la dette, le déficit publique et le déficit des cotisations sociales. C'est un suicide de demander encore plus de dépenses publiques dans un contexte de croissance faible, de chômage en hausse et de dettes à 93,5% du PIB. En effet, à la moindre hausse des taux (de quelques %) ou à la moindre baisse de recette fiscale, de croissance, de hausse du chômage, tout peut déraper sévèrement et la confiance dans l'économie par nos créanciers s'évaporer, montant également les taux. Une fois que l'un ou l'autre (taux ou situation économique) des indicateurs se détériorent, le cercle vicieux est enclenché.
Or, les prélèvements obligatoires sont déjà de l'ordre de 45% du PIB et il semble assez évident que c'est déjà assez haut comme ça pour tout le monde. Augmenter la dette signifie, même à taux bas, mécaniquement augmenter le service de la dette. Ne pas favoriser la reprise économique signifie la hausse continue des dépenses sociales, de chômage et la baisse des cotisations et des prélèvements.

La solution, elle est évidente, mais pas porteuse politiquement. Les impôts doivent baisser sévèrement pour permettre à l'économie de repartir et les dépenses publiques doivent se contracter sérieusement pour réduire le déficit public à 2, 1 voir même 0% pour garder la confiance des investissements étrangers et de nos créanciers. Je ne veux pas remuer le couteau dans la plaie ou paraitre insensible, mais où est l'amélioration de la situation malgré l'accroissement de la dette et la hausse des prélèvements? Tout est dans le négatif :boxed:

Il va y avoir des choix sérieux (et difficile) à faire dans les 1176M€ de dépenses publiques et tailler dedans de l'orde de 150 voir 200M€. Dans les 150M€, je compte déjà les 90M€ de réduction de déficit public pour arrêter de financer ad vitam eternam par la dette ce que l'on n'est pas en moyen de payer et retrouver une situation stable. Le reste des 60M€ sert à faire une baisse d'impôts sérieuse sur les particuliers et les entreprises que ça soit par la TVA, l'IS ou l'IR.

Ensuite, il y a des réformes plus structurelles sur l'emploi, l'immobilier à faire qui sont des domaines complètement sclérosés par l'inflation législatives et normatives. Il ne doit pas y avoir qu'une réduction amélioration notable des finances publiques et une diminution de la pression fiscale, il faut concrètement montrer que le pays arrêter les conneries et encourage sérieusement la création de richesse, l'investissement étranger, l'entreprise, la réussite, etc....

Après dans quoi tailler pour trouver ses 150M€?

1. Il y a clairement une part qui doit se trouver dans le modèle social. Je n'ai pas le détail exact des dépenses sociales, mais il va falloir nécessairement le réduire, par exemple dans les médicaments remboursés ou non, la taille des prescription des médecins, les allocations sociales sous conditions de ressources. Des 541M€ de dépenses, il faut tailler 75 M€ soit 13-14%. C'est énorme et ça sera difficile mais il faut le faire.

2. Ensuite, c'est les subventions et les dépenses de fonctionnements (117 + 398 = 515M€). Si on ne touche pas aux investissements (67M€), il faut trouver environ 75M€ entre la réduction du nombre de fonctionnaires, les subventions à distribuer au compte-goutte et les consommations intermédiaires. Soit 14-15% de réduction de dépenses.

3. Du coup, le service de la dette (50M€) devrait tranquillement baisser, permettant de dégager des marges de manoeuvre supplémentaires au fur et à mesure de la rectification sérieuse de la trajectoire et en cas de coup dur.

4. Ensuite, il y a des ministères, des dépenses, des centaines de comités théodules qui ne sont pas indispensables mais qui, cosmétiquement, exaspèrent les français:
- Ministère de l'outre-mer (??)
- Ministère de la réforme de l'Etat(??)
- Ministre délégué à la réussite éducative (??)
- Ministre de la relation avec le parlement (??)
- Ministre de la francophonie (??)
- Ministre des anciens combattants (??)
- Ministre délégués à la décentralisation (??)
- Ministre de l'agroalimentaire (??)
- Ministre des français de l'étranger (??)
- Commission nationale de désendettement des rapatriés réinstallés dans une profession non-salariée (???!!!)
- Comité de la prévention et de la précaution
- Comité national de l'initiative française pour les récifs coralliens
- Commission nationale d'indemnisation des dégâts de gibiers
- Comité stratégique du calcul intensif
- Commission spécialisée de terminologie et de néologie en matière juridique

Dans les ministères à "épargner", je compte la santé, l'intérieur, la défense, la justice, les affaires étrangères, finances et transports/énergie ainsi que l'enseignement supérieur et la recherche. Je suis partagé sur l'éducation nationale...
Tout ce qui est ministère de l'économie, du redressement productif, la culture, la communication, agriculture, commerce extérieur et les ministres rattachés peuvent être réduit à leur plus stricte mission.


-------------------------


Image
Image
Image
Image
Image
[img][Imgur]http://i.imgur.com/ebSbQMH.png[/img]
Image
Image
Image



Sur le secteur industriel et le déficit de la balance commerciale, c'est un autre sujet que les finances publiques. En soit, le déficit de la balance commerciale n'est pas un problème. Un déficit de la balance commerciale signifie simplement, qu'en valeur, nous importons plus que nous exportons. Donc, logiquement en ne regardant que cet indicateur, on doit en déduire que nous nous appauvrissons et que c'est grave.

Tu es le patron d'une entreprise de chaussure par exemple, tu as besoin de cuir, et (coup de chance), l'entreprise d'à coté à justement un stock de cuir pleine fleur de la première qualité. Tu échanges donc 1000€ d'euros contre 1000€ de cuir chez le fabriquant d'à coté. L'échange est libre et tout le monde y trouve son compte. En effet, tu préfères avoir du cuir que tes euros car sinon tu ne peux pas fabriquer et vendre tes chaussures. Le fournisseur préfère lui avoir des euros que du cuir en stock pour améliorer sa tannerie, investir dans des machines, financer un emprunt ou augmenter ses salariés. Bref, l'échange se fait.

La semaine d'après, tu ne trouve plus le cuir en France mais heureusement il y a une autre tannerie pas loin de ta fabrique avec des stocks disponibles, juste de l'autre coté de la frontière allemande où tu t'es installé. Tu échanges cette fois 900 euros de trésoreries contre 900 euros de cuir venant d'Allemagne (le cuir allemand est moins cher de 10% pour une même qualité). Qui s'est appauvri dans l'échange? Personne comme dans le cas où tu commerçais avec la France mais pourtant, la balance commerciale est bel et bien déficitaire de 900€.

Cette balance commerciale est forcément équilibrée avec les balances des capitaux qui est donc positive avec +900€. Les allemand ont donc une créance en euros qu'ils pourront convertir en important des produits de la zone euro ou bien sur dans leur propre pays. Les allemands peuvent même décider d'investir zone euro, ce qui est plutôt positif pour notre économie, aussi bien que les exportations.
Penses-tu que la France se soit appauvrie dans cette transaction avec l'Allemagne? Tu as même 100€ de trésorerie en plus, pour soit acheter plus de cuir, investir dans tes machines, solder un emprunt plus vite, t'augmenter toi ou tes salariés ou même racheter des actions ou verser des dividendes, augmentant ainsi ton attrait pour les investisseurs.

Mieux, grâce à cela, tu as pu ouvrir un nouveau magasin en Allemagne (ton premier) où vendre tes chaussures, la qualité de fabrication française est reconnue là-bas et tu peux même, petit coquin, augmenter tes tarifs à 150€ la paire au lieu de 100€ en France, la belle affaire! Tu as donc exporté pour 100€ de marchandises et tu as une marge de 50€. Tout cela fonctionne très bien et le 25 du mois, tu as vendu pour 15.000€ de chaussures et avec un bénéfice de 5.000€. Tu décides de profiter d'une visite au salon de la chaussure en Allemagne pour aller au stand d'un industriel allemande proposant un nouveau type de cirage anti-pluie. Le produit est attrayant. Tu investis donc tes 5.000€ de bénéfices + de la trésorerie dans ces boites de cirage, tu sais que tu pourra les revendre 16000€ sans problème dans ta boutique et c'est effectivement ce qu'il se passe.
Ton entreprise à générée 6000€ (5000€ + 1000€) de valeur ajoutée qui vont te servir à ouvrir un autre magasin, augmenter ton volume de production, acheter une machine avec un plus petit crédit et embaucher un opérateur supplémentaire.
Pourtant, la balance commerciale tire la tronche. Tu as exporté pour 10.000€ de chaussures et tu as importé pour 15.000€ de cirage tu es donc le responsable d'un déficit commercial de 5000€! Peut-on dire que tu as appauvri la France avec cette transaction avec l'Allemagne malgré que tu aies généré 6000€ de valeur ajoutée pour ton entreprise?

Maintenant, imaginons qu'un certain Arnaud M. (Ministre de l'économie), décide qu'acheter en Allemagne (ou plus généralement à l'étranger) c'est mauvais pour le tissu industriel français (surtout pour le cuir :D ). Comme le lobby du cuir est plus efficace que celui de la chaussure (et qu'Arnaud aime bien le cuir :siffle: ) boum, taxe de 33% sur tout ce qui est importé et qui ressemble à du cuir. Quel est l'impact sur ta fabrique de chaussure?

La tannerie allemande a toujours les mêmes tarifs à 900€ mais pour importer, tu dois payer les 33% de droits de douane. Tu dois donc d'acquitter de 1200€ si tu veux acheter en Allemagne. Zut. La tannerie d'à coté elle, a même décider d'augmenter ces tarifs à 1150€ sans pour autant apporter de qualité supplémentaire, elle gagne même des parts de marché vu que le protectionisme est diablement efficace pour empêcher les produits étrangers de se vendre.

Toi, par contre, tu as un peu le moins sourire. Acheter ton cuir à 900€ t'avait permis d'avoir une nouvelle machine (qui n'est pas encore remboursée) et d'embaucher un opérateur supplémentaire pour augmenter ton volume de production. Maintenant, le cuir est vendue 1150€ et, comme c'est un composant principal de ta chaussure ça dégrade sérieusement ta marge et le volume de tes ventes en France. En effet, les gens se déportent des chaussures en cuir pour aller vers du simili-cuir, bien moins cher pour ceux qui n'ont pas les moyens de suivre la hausse des coûts. Ton volume de vente diminue en France, mais tes coups fixes eux (surtout avec l'achat de la machine et le salaire du nouvel employé) ne baisse pas vraiment. La charge de travail baisse et les salariés s'inquiètent. Même ta boutique très rentable en Allemagne commence à tirer la tête, ta marge n'est plus aussi florissante qu'avant même si ton volume est resté identique à l'export. Tu as, en tout cas, suffisamment la corde au coup pour ne plus acheter de cirage et faire se bénéfice de 1000€ supplémentaire.

Les autres fabricants de chausses souffrent également et ceux qui, comme toi, n'ont pas pu ouvrir de boutique à l'étranger, ferment déjà leurs portes. Les fabricants de chaussure haut de gamme et ceux qui ont des marges confortables peuvent recevoir le choc mais ne peuvent plus investir, embaucher ou augmenter les salaires.
Par contre, tout va bien pour les fabricants de cuir français! En effet, ceux qui continuent à importer du cuir étranger payent cette taxe à l'importation de 33% à l'état qui, généreusement, et pour soutenir l'industrie française du cuir, subventionne les exportations de cuir pour inonder le marché mondial et concurrencer le cuir allemand en vendant à 850€.
--

Double morale de l'histoire

1. La balance commerciale ne veut rien dire en soit et n'est pas directement lié à la santé des entreprises
2. Le protectionisme pour protéger des entreprises profite toujours à quelques uns (proches du gouvernement) au détriment de des autres : soit d'autres entreprises, mais toujours les particuliers.

Donc, en soit, ce qu'il faut faire c'est faciliter la création de richesse des entreprises françaises en ne les pénalisant pas par rapport à l'étranger, en leur donnant la possibilité d'investir. Rétablir les barrières douanières aux frontières à juste pour effet de profiter au capitalisme de connivence au détriment des consommateurs qui payent toujours, d'une manière ou d'une autre, la différence.


-------------------------



L'euro fort est la BCE sont à relativiser.

La BCE est un peu plus soft que la FED aux USA sur l'émission de monnaie sur les "swaps" avec les bons du trésor. Heureusement, la BCE ne peut pas prêter directement aux états de la zone euro, sinon c'est le no limit à une échelle continentale et je n'ose imaginer les conséquences d'autant de dettes. Mais, elle le fait quand même, indirectement.

A mon avis, il y a beaucoup de dysfonctionnement dans l'UE en ce moment, mais ça a au moins le mérite permet de limiter l'endettement public et de juguler l'inflation pour ne pas finir comme le Vénézuela ou l'Argentine

1. Tout d'abord, fort par rapport à quoi? Au dollars qui ne cesse d'être dévaluer? Au yens japonais qui ne vaut rien? A la monnaie argentine et vénézuélienne qui ne vaut rien? Au Yuan chinois qui est tenu artificiellement bas?
Donc, est ce que c'est l'euro qui est fort, ou le dollar qui est faible? Les monnaies se comparent toujours par rapport à des paniers de devises et l'euro est effectivement celui qui semble avoir la plus forte valeur relative. Mais il ne faut pas oublier que les autres gouvernement ont directement le contrôle de leur monnaie.
Il ne faut jamais oublier que les monnaies sont des instruments de valeurs relatives. Il faudrait les évaluer par rapport à une richesse tanglible et universelle comme le pétrole, l'or, le blé, etc...et là, toutes les monnaies s'enfoncent, certaines moins vite que d'autre. Quand le bateau coule, ce n'est pas le niveau de l'eau qui monte :D

2. La gestion de la BCE est plutôt conservative (influence Bundesbank) et permet de garder la masse de monnaie assez stable. Mais il y a de nombreux appels pour une méthode similaire à la Fed. Est-ce que prêter de l'argent à des état déjà endettés est une bonne idée? Ces prêts revolving massif ne reposent sur rien de tangibles, il ne s'agit pas de prêter pour des investissements importants du genre tunnel sous la manche, aéroport, ligne TGV. Il s'agit de prêter parce qu'il n'y plus de trésorerie. Pour l'instant la BCE baisse son taux directeur le plus possible pour influencer les marchés et permettre le refinancement, que va-t-il se passer le jour où le taux va quand même dévisser?

3. Les gouvernements et les politiques poussant à la dévaluation pour une seule raison: permettre l'endettement, le refinancement à bon compte et alléger le poids de la dette actuelle. Ce n'est pas pour investir. Ca provoque de l'inflation et tout le monde sait qui paie les pots cassés dans ces conditions là.

4. La dévaluation compétitive est le champ de bataille mondial. A-t-on vraiment envie de rentrer dans la course à l'inflation et à la dévaluation? Pourquoi n'y a-t-on pas pensé avant? ...oh wait :boxed: L'économie mondiale ne doit pas tourner en guerre en jouant sur les monnaies, ça conduit à la faillite généralisée. L'économie est une compétition sportive qui doit avoir des règles pour ne pas que ça se termine en pugilat généralisé. Et ces lois, tout le monde a intérêt à les respecter pour ne pas que ça devienne la jungle avec chaque pays retranché derrière ces frontières. Tout cela finit en guerre, la vraie.
Depuis la fin de la seconde guerre mondiale (à travers Bretton-woods et les changes fixes, puis les taux flottants), il y a une fair rule qui stipule que l'on ne pratique pas la dévaluation compétitive. Si quelqu'un commence, tout le monde va le faire et tout le monde est perdant. Alors bien sur, certains le font quand même, plus ou moins discrètement. C'est en tout cas une voie à ne pas explorer à grande échelle

5. La dévaluation est à double tranchant. Elle favorise les exportations, renchérit les importations. Dans le cas d'une balance commerciale négative majoritairement due par la dette en énergie, est-ce une si bonne idée? Bref, tout ce qui est importé coutera plus cher et il y a très peu d'entreprises qui se fournissent uniquement en local, leurs produits seront donc plus cher aussi. Ce qui peut en fait, détruire des emplois même si, en théorie, ça en favorise d'autres. Les économies sont tellement imbriquées les unes dans les autres que l'issue ne sera pas forcément favorable en emplois nets crées. D'une manière générale, le pouvoir d'achat a de très bonnes chances de baisser. Même si une dévaluation à l'échelle européenne peut se tenter vu la diversité de la zone UE et le libre échange, le signal envoyé est déplorable, la guerre économique commence.

6. Le problème du taux de change est un peu plus compliqué car il prend en compte ce que font tous les pays. C'est là à mon avis que se situe le soucis car pays-par-pays, en fonction de la situation économique les monnaies doivent pouvoir librement évoluer pour se réajuster aux mouvements de capitaux et chaque état n'en prend pas la mesure. L'euro n'est pas une monnaie avec des taux de change fixes et le marché détermine sa valeur en fonction de son utilisation économique. Par ailleurs, il est complètement stupide d'avoir une politique monétaire unique pour l'Europe, tout comme il est stupide d'avoir une politique monétaire tout court. Les BCs doivent juste controler la masse monétaire, ces actions envoient des faux signaux sur la valeur de la monnaie, le coût du crédit, etc...
Tout savoir sur Football Manager:

Ayez le réflexe Guides, articles et téléchargements

ozo

Re: La Taverne FME

Messagepar ozo » 02 avr. 2014, 12:30

NakS c'est quoi ton boulot ?

NakS
V.I.P.

V.I.P.
Avatar du membre

Messages : 3196
Enregistré le : 13 oct. 2010, 18:58

Re: La Taverne FME

Messagepar NakS » 02 avr. 2014, 12:37

Mon boulot? Abstentionniste et avocat du diable :D
Tout savoir sur Football Manager:

Ayez le réflexe Guides, articles et téléchargements

Ginola
Administrateur

Administrateur
Avatar du membre

Messages : 27064
Enregistré le : 18 août 2009, 08:52
Localisation : Ici et ailleurs
Contact :

Re: La Taverne FME

Messagepar Ginola » 02 avr. 2014, 12:47

Image

KeZmoZ
Titulaire

Titulaire
Avatar du membre

Messages : 2383
Enregistré le : 14 oct. 2009, 23:10
Localisation : Oise
Contact :

Re: La Taverne FME

Messagepar KeZmoZ » 02 avr. 2014, 13:33

Sérieux les gars, c'est la taverne ici :D La politique n'a pas comme principe d'apaiser les moeurs :x Créez un sujet politique à la limite :x Moi j'veux une bière !
[-HHH-] [-HBK-]

vistem
Chercheurs

Chercheurs
Avatar du membre

Messages : 432
Enregistré le : 15 oct. 2009, 21:13

Re: La Taverne FME

Messagepar vistem » 02 avr. 2014, 14:04

en parlant de bière vous préférez lesquelles? :dribble: une petite rousse irlandaise? une bonne guinness bien âpre en bouche? Une belge blanche made in abbaye? :)

janus08
Titulaire

Titulaire

Messages : 1224
Enregistré le : 06 sept. 2013, 09:07
Localisation : Marne / Ardennes

Re: La Taverne FME

Messagepar janus08 » 02 avr. 2014, 14:29

Chimay Bleue :)

Mais dans les Ardennes (frontière avec la belgique) on est très bien loti niveau bière :D
"La réussite, pour un homme, c'est d'être parvenu a gagner plus d'argent que sa femme n'a pu en dépenser. "

Sacha Guitry

vistem
Chercheurs

Chercheurs
Avatar du membre

Messages : 432
Enregistré le : 15 oct. 2009, 21:13

Re: La Taverne FME

Messagepar vistem » 02 avr. 2014, 14:33

chimay bleue? c'est un quoi?une brune aux yeux bleus? :blushing:

Tatie Lilou
V.I.P.

V.I.P.
Avatar du membre

Messages : 3714
Enregistré le : 05 déc. 2009, 15:05
Localisation : Yvelines

Re: La Taverne FME

Messagepar Tatie Lilou » 02 avr. 2014, 14:34

vistem a écrit :en parlant de bière vous préférez lesquelles? :dribble: une petite rousse irlandaise? une bonne guinness bien âpre en bouche? Une belge blanche made in abbaye? :)


je n'aime pas la bière je trouve ca dégueulasse :sick: :D
Image

ozo

Re: La Taverne FME

Messagepar ozo » 02 avr. 2014, 14:35

Tatie Lilou a écrit :
vistem a écrit :en parlant de bière vous préférez lesquelles? :dribble: une petite rousse irlandaise? une bonne guinness bien âpre en bouche? Une belge blanche made in abbaye? :)


je n'aime pas la bière je trouve ca dégueulasse :sick: :D

:ninja2:

janus08
Titulaire

Titulaire

Messages : 1224
Enregistré le : 06 sept. 2013, 09:07
Localisation : Marne / Ardennes

Re: La Taverne FME

Messagepar janus08 » 02 avr. 2014, 15:19

vistem a écrit :chimay bleue? c'est un quoi?une brune aux yeux bleus? :blushing:


Oh mon dieu où vis tu ? :D

Mais j'ai déja remarqué que ds les regions de l'ouest et du sud, niveau biere cest ZERO ! A part des Kro et des 1664 on ne trouve rien lol.

Bah si tu en as l'occasion goute une chimay bleue :) Tu es d'où? :)

Voici ses carac :)

Goût : Relativement sec avec une note de caramel
Type de mousse : Epaisse, brun crème
Degré d'alcool : 9% alc.vol
"La réussite, pour un homme, c'est d'être parvenu a gagner plus d'argent que sa femme n'a pu en dépenser. "

Sacha Guitry

Ginola
Administrateur

Administrateur
Avatar du membre

Messages : 27064
Enregistré le : 18 août 2009, 08:52
Localisation : Ici et ailleurs
Contact :

Re: La Taverne FME

Messagepar Ginola » 02 avr. 2014, 15:49

[video]pyV57QlGUGI#t=62[/video]
Image

vistem
Chercheurs

Chercheurs
Avatar du membre

Messages : 432
Enregistré le : 15 oct. 2009, 21:13

Re: La Taverne FME

Messagepar vistem » 02 avr. 2014, 15:51

Moi je suis sur le pont ^^ où on y danse tous en rond :lol:

J'ai plus une tendance pour une petite blonde Un conseil? .

Youki
V.I.P.

V.I.P.
Avatar du membre

Messages : 10613
Enregistré le : 05 nov. 2010, 15:03
Localisation : Bischheim

Re: La Taverne FME

Messagepar Youki » 02 avr. 2014, 15:52

Rhoo !! C'est trop mimi !! Sacré Ginola ! J'te pensais pas émotif à ce point :D
L'auto-dérision est ma critique !! A consommer sans modération ;)





Retourner vers « Bistrot »

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum : Aucun utilisateur enregistré et 1 invité